Charlotte Gainsbourg: «Les sons d’une IRM sont très attirants» (Le Matin)


Par Karine Vouillamoz, Le Matin Dimanche, le 05 décembre 2009

Pour son 3e album, Charlotte Gainsbourg s’est offert les services du Californien Beck. Sous le titre étrange d’«IRM» – qui renvoie à l’accident cérébral dont elle a été victime en 2007 – la comédienne-chanteuse enchaîne des titres tantôt sombres, tantôt pop. Une collaboration très réussie

Elle est là, naturelle, assise dans le canapé d’un hôtel parisien. Légèrement empruntée, prête à sourire, Charlotte Gainsbourg évoque avec délicatesse la sortie, demain, d’«IRM», son troisième album. Un disque concocté par les bons soins de Beck, inventif artiste californien, qui a si bien su deviner la Française. Il lui a écrit des titres sur mesure et dégotté des raretés, comme ce «Chat du café des artistes», une chanson québécoise oubliée, l’unique exercice en langue française du disque. «J’ai du mal à me dire que je vais chanter en français sans faire référence à mon père, se défend la jeune femme. Je ne peux pas faire de la musique en me comparant sans arrêt à lui, parce que je suis moins bien que lui. Son génie, je ne peux pas l’égaler; c’est m’enlever tout plaisir que de chanter en français.» Du coup, elle se réapproprie l’anglais, la langue de sa mère, pour des chansons parfois très sombres, parfois très pop. Une réussite.

Vingt ans séparaient vos deux premiers albums; là, vous n’avez attendu que trois ans, vous reprenez goût à la chanson?
Je le fais sans calcul. Le premier s’est fait grâce à mon père, j’étais enfant. Et il m’a fallu vingt ans pour m’avouer que j’avais envie de chanter. Et puis ma maison de disques m’a relancée. J’ai laissé l’envie me regagner doucement.

Si on ne vous avait pas pressée, où en seriez-vous aujourd’hui?
Je peux me renfermer assez vite avec l’idée que je ne fais pas encore partie de ce métier. Et comme j’ai des films à faire, et que j’adore tourner, j’aurais été moins courageuse. Mais je prends de plus en plus de plaisir à chanter. Il y a trois ans, j’étais très insécurisée, je n’aimais pas m’entendre. Cette fois-ci, j’étais loin de Paris, de mes références. Beck m’a mise à l’aise tout de suite.

Vous êtes-vous révélée à lui pour qu’il vous façonne ces chansons?
Non, je n’ai pas fait de psychanalyse, mais il a deviné des choses. Il y a eu des hasards étranges. Je ne lui avais pas parlé de mes IRM et il ne savait pas que j’avais eu un accident cérébral (conséquence d’une chute en ski nautique, en 2007, ndlr). Le premier titre qu’il a écrit parlait de trous dans la tête. Il était embarrassé à l’idée d’avoir pu me heurter alors que j’étais ravie.

«IRM», c’est un titre qui colle complètement à votre vie, ce n’est pas déstabilisant?
Ce qui m’a déstabilisée, c’est l’accident en lui-même. Le fait que les gens ont été au courant malgré moi. Je n’avais pas envie de partager ça, mais c’est le genre de choses qui nous dépassent. Et puis, comme j’avais l’impression que tout le monde était au courant, ce n’était pas révéler quoi que ce soit que de parler d’IRM. C’est une période de ma vie où j’étais très déstabilisée, fragilisée. Au moment où j’ai pensé à cet album, j’avais envie d’aller au plus intime. Mais avant tout, j’étais motivée par les sons de l’IRM. Je les trouvais très attirants.

Ces sons vous faisaient du bien?
C’était une échappatoire. On est bloqué dans une machine, il faut y rester pendant dix ou quinze minutes. On est immobilisé et on vous balance des sons perturbants. On a l’impression que c’est fait pour vous heurter tellement c’est brutal. Mais au fur et à mesure – car j’en ai fait beaucoup -, j’arrivais à voyager grâce à ces sons. C’était une source d’inspiration.

Cet épisode vous a-t-il amenée à prendre des décisions plus radicales, telles que le rôle dans «Antichrist»?
Je sais qu’en période postopératoire, j’ai eu beaucoup de mal à me réapproprier ma vie. Je ne m’imaginais pas aussi vulnérable. Il s’est passé un grand laps de temps pendant lequel je n’ai rien fait. Et mon premier travail a été la rencontre avec Beck. Après, je suis rentrée à Paris, j’ai rencontré Lars von Trier et j’ai été engagée sur ce film. Ça m’a embarquée dans une aventure telle que c’était génial de pouvoir m’oublier, moi. D’oublier mes petits soucis. Car à la fin, je demandais à passer des IRM alors que je n’avais rien.

La famille est très importante pour vous. Jane Birkin, votre mère, a-t-elle prêté une oreille attentive à cet album?
Oui, j’adore lui faire écouter ce que je fais. Mais j’ai partagé avec elle très tard, lorsque l’album était presque terminé. Elle a entendu tout d’un bloc. Mais elle n’est pas très objective! (Rires.) Elle était étonnée, elle trouvait ça courageux et inattendu. Ça m’a plu qu’elle soit surprise.

The following two tabs change content below.

Aurélie M

Je tweet, je blog, je tumblr, je facebook, je Google+ sur Charlotte et Serge Gainsbourg. Je me souviens être tombée sous le charme de Charlotte dans l’Effrontée, de fil en aiguille, j’ai ensuite développé une passion pour la musique de Serge. Qui j’aime le plus des deux ? Je ne saurais dire.

Charlotte Gainsbourg © 2017 All Rights Reserved

Charlotte Gainsbourg Forever

Edited by Aurélie M

Powered by WordPress