Charlotte Gainsbourg : « J’ai envie de faire un break » (Métro)

Par Métro, le 22 Mai 2014 

UN CERTAIN REGARD – Dans « L’Incomprise » d’Asia Argento, Charlotte Gainsbourg interprète une pianiste hystérique qui ne sait pas montrer son amour à sa petite fille. Un rôle à mille lieues de la douce Charlotte, qui confie vouloir faire une pause dans sa carrière d’actrice.

Charlotte Gainsbourg au photocall d'Incompresa, le 22 Mai 2014 - Photo : VILLARD/NIVIERE/SIPA
Quel souvenir gardez-vous de L’Incomprise, avec le recul ?
Je trouve que le film est très différent du scénario que j’ai lu. Le scénario était drôle, très cruel, mais je trouve le film beaucoup plus dur et plus pesant, dans le bon sens s’entend, que je ce que j’avais imaginé. Ce qui me touche surtout, c’est Aria, la petite fille, ce qu’elle traduit à l’écran. Elle a une cinégénie très évidente. Sa mère, que je joue, c’est autre chose, une caricature d’actrice narcissique et égoïste ! Comme toujours, j’ai essayé de lui trouver des excuses, ou un côté tragique, mais elle est irrécupérable… J’aime bien avoir des rôles comme ça.

Parce que ça défoule, de hurler en italien ?
Oui, et ça m’a surpris qu’Asia me voie dans ce rôle, je me suis demandée si j’en serais capable. J’avais peur aussi de ne pas avoir l’autorité nécessaire. Ça ne pouvait marcher que s’il y avait une sorte d’évidence. Asia la voyait, moi pas. J’ai choisi de lui faire confiance sur mes capacités.

Quelle genre de réalisatrice est Asia Argento ?
Elle est très émotive. Elle a des épaules très volontaires. Elle est metteur en scène dans l’âme donc elle a cette autorité naturelle, elle. Faut pas l’emmerder ! Mais ça cache énormément de fragilité. C’est très beau ce genre de personne, ça me touche beaucoup. On sentait qu’elle vivait le rôle d’Aria en osmose avec Giulia (Salerno, qui joue Aria, ndlr.), c’était beau d’en être témoin, comme de voir le plaisir qu’avait Giulia à être là, à vivre cette première fois, c’était très émouvant. D’ailleurs je me faisais du souci pour elle au moment de la fin du tournage.

Pourquoi ?
Parce que je me souvenais à quel point ça pouvait être un drame quand un film s’arrête. Le plaisir d’être avec une équipe s’arrête d’un coup, c’est la fin de l’été et c’est affreux de quitter les gens. Ces rapports qu’on a sur le plateau, ce sont des vraies fusions. D’où l’importance de repartir après sur une vie normale. J’espérais que Giulia n’allait pas déprimer sec… C’est compliqué à gérer.

Les enfants acteurs, vous en connaissez un rayon…
On n’en a pas encore parlé, de ça. Il y a eu plein d’enfants qu’on sort de nulle part, qui font et film et puis… Moi, c’était ça qui me terrifiait au début à l’idée d’être actrice : j’avais peur que ça s’arrête. Il y a eu mille cas avant moi de jeunes actrices qui n’ont pas pu continuer. Je me le formulais comme une espèce d’humiliation si ça ne continuait pas, mais c’était plus qu’une humiliation. Mais bon, Giulia sera actrice, je ne me fais pas de souci pour elle.

Ressentez-vous encore cette nostalgie à la fin d’un tournage ?
Non. Plus du tout, parce que j’ai une vie, et qu’à son âge à elle on n’a pas la vie qu’on veut. On n’a pas la famille qu’on veut non plus – enfin, je dis ça alors que je n’aurais pas voulu d’une autre famille, mais à cette époque-là on ne sait pas, c’est comme ça qu’on se construit aussi. Aujourd’hui, j’aime rentrer chez moi, c’est tout (rires.)

Asia Argento dit que le métier d’actrice lui a fait du mal, et que la réalisation de ce film l’a comblée. Qu’en pensez-vous ?
Je crois qu’elle aime être commandée. Pas être utilisée. Moi, j’ai énormément de plaisir à être utilisée, à faire confiance à des gens que j’apprécie. C’est un coup de poker car on ne sait pas sur qui on tombe, mais avec Asia j’avais très envie de me prêter au jeu et d’être manipulée par elle. Je ne sais pas quelle mauvaise expérience d’actrice elle a pu avoir, de mon côté j’ai eu beaucoup de chance d’être bien tombée. Et de pouvoir continuer, qu’il n’y ait pas un trop grand décalage entre le monde que je me fabrique et le film à l’écran. De ne pas être trahie, voilà. Je n’ai jamais eu le sentiment d’avoir été trahie par un metteur en scène, alors qu’on ne sait jamais dans quoi on met les pieds.

Pourtant, vous avez eu des rôles très difficiles ces derniers temps…
Je ne les prends pas comme des rôles difficiles, ce sont des rencontres qui m’ont emmenée là-bas. Je ne pense pas être attirée par un type de personnage, de devoir convaincre en jouant telle chose… C’est aussi parce qu’on me fait confiance en m’imaginant dans un rôle qui, moi, m’étonne. Asia m’a proposé ce rôle et j’ai été très surprise. C’est ça qui est excitant, de faire quelque chose d’inattendu. Cela dit, je ne suis pas contente de de que j’ai fait. Il y a plein de choses où je me dis que j’aurais pu faire mieux. Mais tant mieux, qu’il reste des progrès à faire ! En tout cas, ça me demande beaucoup. Je fais ça… très sérieusement (rires.)

Est-ce toujours gratifiant, d’être actrice ?
Oui, mais aussi très déstabilisant. On est sans arrêt en train de jongler entre le plaisir sur le plateau, le déplaisir en voyant son propre travail dans le film… L’estime de soi tombe, puis on se remonte le bourrichon quand on vient à Cannes et on dégringole à nouveau en voyant un autre film que j’ai fait, puis il faut faire confiance à ceux qui vous disent que c’était bien… C’est de la schizophrénie totale ! J’ai l’impression que pour bien le vivre, il faut donner du crédit à l’avis des gens, mais aussi oublier en permanence ce qu’on a fait, essayer d’être dans le présent et le futur.

Et comme ce sont des métiers qui touchent essentiellement aux émotions…
En plus, il y a forcément un décalage entre ce qu’on a fait et ce qu’on voit. J’aimerais que d’autres acteurs aient l’honnêteté de dire s’ils sont toujours satisfaits de leur travail… Dans le détail, pas en général, car je trouve qu’il y a des détails qui tuent ! Mais ça m’amuse beaucoup, en fait. Quand on me dit que je suis trop négative, moi, ça m’amuse de me dire que je me suis plantée sur des choses, ce n’est pas grave.

Où en est votre carrière musicale ?
Ça fait un an que je suis dessus, mais j’ai tout mis en suspens pour les quatre tournages que j’ai enchaînés. Je vais m’y remettre. J’ai des pistes, j’ai écrit pour la première fois, on verra si ça tient la route… Tout ça est très changeant. J’ai retravaillé avec Conan Mockasin, j’ai rencontré Sebastian aussi que j’aime beaucoup, mais ce sont des tentatives pour l’instant, on verra ce qui aboutit réellement. J’ai toujours eu des processus plutôt lents, et ça va en s’aggravant… Pas d’album avant 2015, en tout cas.

Avez-vous songé à tout arrêter ?
En fait, j’ai envie de faire un break, là, maintenant. J’aime ce métier, et si je lis quelque chose ou que je rencontre quelqu’un que j’admire, je ne vais pas dire non, mais j’ai beaucoup tourné, j’ai vécu des trucs très difficiles, je pense qu’il faut que je m’arrête un peu un moment. J’ai envie d’être avec mes enfants, de prendre du temps. Stop !

The following two tabs change content below.

Aurélie M

Je tweet, je blog, je tumblr, je facebook, je Google+ sur Charlotte et Serge Gainsbourg. Je me souviens être tombée sous le charme de Charlotte dans l’Effrontée, de fil en aiguille, j’ai ensuite développé une passion pour la musique de Serge. Qui j’aime le plus des deux ? Je ne saurais dire.

Charlotte Gainsbourg © 2017 All Rights Reserved

Charlotte Gainsbourg Forever

Edited by Aurélie M

Powered by WordPress